Les mines d'argent du Fournel et le musée des mines

Mines D Argent Du Fournel Musee Des Mines 96639592bb4654b790b2Le gisement de plomb argentifère de la vallée du Fournel a été l’objet d’une exploitation florissante au Moyen Age (Xème-XIIIème siècles). À l’aide de la technique de creusement par le feu, les travaux se sont enfoncés jusqu’à 100 mètres du jour. L’argent extrait a alimenté les ateliers monétaires de l’archevêché d’Embrun, de Cezana et de Grenoble.
Puis durant la révolution industrielle entre 1785 et 1908, plusieurs compagnies minières se sont succédées pour achever d’extraire le minerai, jusqu’à 300 mètres sous les versants de la montagne. Une usine a été édifiée au fond des gorges du Fournel et l’activité minière occupait jusqu’à 500 personnes.
Depuis 1992, le site fait l’objet de fouilles archéologiques et de chantiers de bénévoles visant à réhabiliter ce patrimoine industriel, qui s’offre aujourd’hui au public.

Mines D Argent Du Fournel Musee Des Mines E4bb22dcab7370770ab7 Reportage Mai Fais Ce Qu'il Te Plait Basics3 640x480

Nocturne De La Mine D'argent Du Fournel 640x480 Basic Mines D Argent Du Fournel Musee Des Mines 96639592bb4654b790b2

Les mines d'argent du Fournel (Xème - XIXème)

Les roches quartziques du vallon du Fournel renferment un important gîte de plomb et d'argent. Plusieurs filons affleurent dans les escarpements rocheux qui dominent la ville de L'Argentière jusqu'au fond des gorges qui entaillent un ancien verrou glaciaire. Ce riche gisement a été exploité dès le Moyen-âge puis intensément repris durant la révolution industrielle du XIX° s. La mine a fermé en 1908 puis le site est tombé dans l'oubli.

Une étude pluridisciplinaire du site minier est menée depuis 1991 en partenariat avec le Parc National des Écrins et associant géologues, archéologues, géographes, sédimentologues, historiens, ...

Les études ont fait apparaître que le secteur du Fournel constitue un patrimoine minier tout à fait remarquable par la qualité et l'originalité de ses vestiges :

Une riche exploitation polyphasée sur un filon de plomb argentifère (galène)
Une extraction souterraine médiévale organisée (du Xème au XIVème)
Une exploitation XIXème siècle très étendue (plus de 20 km de réseaux)
Les vestiges de surface d'un établissement de traitement mécanique
Les vestiges souterrains des machines d'extraction (pompe hydraulique, treuil)

Mine D Argent Fournel Basic 2 Mine D Argent Fournel Basic 1

L'examen des archives montre que la Mine de L'Argentière est, au XIXème siècle, l'exploitation la plus importante du département des Hautes-Alpes, et aussi la mieux organisée. Malgré la faible taille de son gisement, elle est remarquée au niveau national par la qualité de son minerai et l'introduction de techniques nouvelles (anglaise ou germanique) qui la rendent plus performante, qualitativement, que certaines exploitations phares du territoire national.

L'établissement niché au fond des gorges du Fournel est parfaitement représentatif d'une exploitation minière : maison du Directeur, forge, magasins, ateliers de préparation mécanique du minerai ...

Les structures en élévation ont beaucoup souffert, en revanche les vestiges enterrés ont été retrouvés intacts : fosse de roue, canaux d'amenée d'eau, dallage, trémie en pierre, bacs et canaux de lavage, châssis de machines avec leur remplissage de sables stériles et de minerais abandonnés. Les structures les plus remarquables sont des tables en bois qui assuraient la purification des sables les plus fins.

Le site du Fournel permet une bonne approche archéologique de vestiges industriels et miniers datant de la révolution industrielle. Il constitue en outre un cas de figure remarquable, par son cadre physique et son histoire mouvementée.

La visite souterraine permet de comprendre l'organisation des travaux médiévaux (chantier d'extraction taillé par le feu, galerie d'aérage, galerie de drainage) et d'apprécier les difficultés de travail au moyen âge dans ces galeries. Le parallèle avec l'exploitation moderne (XIXème) est tout aussi saisissant (salle des machines avec vestiges de la machinerie hydraulique).

Mine D Argent Fournel Basic 4 Mine D Argent Fournel Basic 3

En plus de l'intérêt archéologique et de l'histoire des techniques, la mine est un lieu privilégié pour faire de la géologie appliquée : observation du filon en place et explications de sa genèse (filon hydrothermal, traces de ripple marks) et les chambardements qu'il a subit lors des surrections alpines (faillages, changements de pendages).

Cette géologie complexe à bien évidemment eut une incidence sur l'exploitation, ce que vous expliqueront les guides.

Le musée de la mine au château St Jean

Le musée de la Mine d'Argent présente les résultats de 15 années de recherches archéologiques sur le site minier du Fournel.

Installé dans les anciennes écuries du château Saint Jean, édifice du XVIIIème siècle restauré et inscrit à l'Inventaire Supplémentaire des Monuments Historique, le musée de la Mine d'Argent constitue aussi le point de réservation et de départ des visites du site minier. Il comporte également une petite librairie thématique et un point d'information du Parc National des Ecrins.
Dans la salle d'exposition permanente sont abordées les diverses thématiques liées à l'exploitation locale du minerai de galène argentifère :

Géologie - géomorphologie : roches sédimentaires, métamorphisme, filons hydrothermaux (genèse), géologie structurale (formation des Alpes), minéralogie

Histoire : histoire locale, histoire des techniques d'exploitation minière (médiévale, Renaissance, XIXème)
Socio-ethnologie : vie des mineurs des zones de montagne, technique et histoire des techniques, hydraulique minière, traitement mécanique du minerais (minéralurgie), Révolution Industrielle

La collection d'objets exposés, témoigne des technologies mises en oeuvre, mais aussi de la vie quotidienne des mineurs d'antan.

Enfin, deux documentaires (durées respectives 23 et 45 minutes) peuvent être diffusées dans une salle de projection.

Visites guidées :

Départ en véhicule personnel depuis le Musée de la mine (Château Saint-Jean) et service de navettes sur certaines visites l'été ; descente à pied au fond des gorges ; vestiges de l’usine du XIXème siècle ; parcours souterrain dans les travaux modernes – Galerie de Rebaisse, Salle des Machines – Vieux Travaux (partie médiévale).

Formule « Découverte » : partielle et rapide (350 m de parcours souterrain) Commentaires uniquement en souterrain. Durée 75 mn dont 30 mn à l’intérieur de la mine

Formule « Classique » : Complète (600 m de parcours souterrain) durée 2h00 dont 1h00 sous terre. Conseillée pour les familles.

Pour les groupes constitués toute l'année sur réservation (hors période d'enneigement)

Pour les individuels : d'avril à octobre, se renseigner sur les jours et les horaires, visites sur réservation.

Mai et Juin : visite sur réservation départ à 09h30 et à 14h00

Tous les jours en haute-saison : départ des visites de 9h00 à 17h00.

Réservation recommandée

* Visite des mines d’argent d’avril à octobre selon la nivologie.

Musée de la mine :

En complément de la visite guidée, exposition présentant les résultats des recherches historiques et archéologiques, vidéo de 15 mn, expositions temporaires. Musée ouvert toute l’année (pour les groupes sur réservation). Du 1er juin au 31 août, ouvert tous les jours.
Tarifs :

Visite formule « Découverte » : 8 € adulte, 5 €< 16 ans, 6,50 € réduction adulte ou groupe (> 10 personnes)
Visite formule « Classique » : 14 € adulte, 9 € < 16 ans, 11.50 € réduction adulte ou groupe (> 10 personnes)

Visite musée uniquement : 3€

Infos Visite :

Visite de la mine à partir de 5 ans et déconseillée aux personnes de santé précaire (sentier pietonnier d’accès à la mine : 10-15 min). Chaussures de marche recommandées et vêtements adaptés conseillés (températures dans la mine : 12°c). Groupes limités à 19 personnes sous terre.

Renseignements :

Musée des mines d’argent du Fournel

Accueil téléphonique de 09h00 à 12h00 et de 14h00 à 17h00

Tél : 04 92 23 02 94
Site : http://www.minesdargent.sitew.com
Courriel : minesdargent@ville-argentiere.fr


Crédit photos : Jan Novak Photography